Le cul-de-poule

cul-de-poule

Un art du mélange

Un art du mélange

Son nom amusant viendrait du Moyen Âge : on utilisait déjà ce genre de calotte pour battre les œufs. En cuisine comme en pâtisserie, on choisissait des œufs tout juste sortis "du cul des poules" pour être certains qu'ils soient frais et sains. C'est ainsi que cette sélection des œufs aurait donné son nom à l'ustensile qui permettait de les y préparer en toute sécurité.

C'est l'outil de précision indispensable en cuisine et surtout en pâtisserie. Son arrondi parfait accentue les effets du fouet. Il donne une force centrifuge idéale au geste de battre. Les ingrédients de la préparation, ce qu'on appelle l'appareil, y sont incorporés et mélangés sans déborder, avec un maximum d'air, et de la manière la plus homogène qui soit.

Le bon usage

Le premier usage du cul de poule est d'y monter blancs en neige et génoises. On le posera sur un autre bol rempli de glaçons pour réussir à coup sûr sa chantilly. De même, il surmontera tout naturellement une casserole d'eau chaude pour faire un bain-marie où mettre du chocolat à fondre. Parfait aussi pour monter une sauce, émulsionner un sabayon ou tourner une crème anglaise sans risque d'ébullition. Mais le fond du bol ne doit pas toucher l'eau bouillante !

En pratique

On le choisira de préférence en inox, robuste et indéformable. L'intérieur brossé, résistant aussi bien au fouet qu'au batteur. Il peut être gradué. L'extérieur est en général poli et brillant. Son rebord, roulé pour le tenir sans se blesser, doit aussi être assez large pour avoir une bonne prise. Il doit être facile à nettoyer. La forme de ce bol est celle d'un culbuto. Il ne tient donc pas debout. Pour s'en servir, il faut le stabiliser : soit en le posant sur un socle comme un cercle à pâtisserie ; soit avec un torchon roulé et noué en cercle pour le poser dessus.

Le bon choix

Certains modèles récents en inox sont munis d'un socle antidérapant bien pratique. On trouve aussi des culs-de-poule en aluminium, en cuivre étamé, en laiton ou en verre. Tous moins faciles à utiliser, plus lourds, moins sûrs. Leur fond uni les rend en outre faciles à nettoyer. Aucun risque de résidus d'ingrédients ni d'odeurs parasites. Or le cul-de-poule est fait pour réaliser des recettes délicates en goût comme en technique. L'idéal est d'en avoir plusieurs, en inox, de tailles différentes et empilables, de façon à les adapter au volume de la préparation.

 

L'invention du bain-marie

Il n'a pas été nécessaire d'attendre la cuisine moléculaire pour observer et pratiquer la métamorphose culinaire des ingrédients. Loin de là ! Un texte latin du 14ème siècle parle déjà du Balneum Mariae.

Son nom vient de celui de Marie-la-Juive, une alchimiste du 3ème siècle avant J.-C. qui l'aurait inventé pour protéger le contenu de ses cornues en verre. Le principe, simple et ingénieux, consiste à enchâsser un récipient de type cul-de-poule sur une casserole d'eau chaude posée sur le feu : son contenu délicat, ainsi mis à l'écart de tout contact direct avec la source de chaleur, ne risque plus de surchauffer, ni d'accrocher.  L'alchimie gourmande de la réduction de sauce, de la crème anglaise, du sabayon ou autre appareil délicat qui ne doit en aucun cas bouillir, peut alors avoir lieu.

 

Astuce du chef

 

Pour être sûrs que le cul-de-poule ne touchera pas l'eau bouillante du bain-marie, placer un récipient à l'envers qui lui servira de socle, au fond de la casserole.

 

Liste des recettes associées à l’ustensile

Vous avez partagé un Souvenir Gourmand avec La Cité ? Retrouvez-le ici !

Vous êtes 45 à avoir partagé ce souvenir !

  • Le foie gras

    Annabelle

  • Le homard grillé

    David

  • Le kneidler

    Franckie, Rafaël, Lola et Bahia

  • Le foie gras

    Laure, Emmanuel et Margot

  • La bûche

    Lucie

  • Le coq au vin jaune

    Caroline

  • La tourte aux champignons

    Sophie, Marion, Matthieu et Marc

  • Le foie gras

    Sidonie et Jean-Baptiste

  • La tarte au chocolat

    Marine

  • La nage de crevettes au curry

    Catherine

  • La raclette

    Alphonse

  • La gâteau au yaourt

    Victoria

  • La tartelette aux fraises

    Angel

  • Le saucisson

    Thomas

  • Les huîtres

    Annabelle

  • Les orangettes

    Caroline

  • Le cheesecake

    Matthieu

  • Les pâtes aux truffes

    Camille Brachet

  • Le gâteau au chocolat

    Mass

  • Balcalhau

    Andrea

  • La paëlla

    La Pern

  • Le gâteau mousse chocolat blanc et framboise

    Laure

  • Le gâteau orange-chocolat

    Farah

  • Le risotto aux champignons

    Mathilde

  • Le couscous

    Leïla

  • Les tagliatelles aux Saint-Jacques

    Elise

  • Le gâteau au citron

    Vincent

  • La tartiflette

    Léa

  • Le ravioli à la truffe

    Emmie

  • La bûche au chocolat

    Bleuenn, Tristan, Sophie et Sébastien

  • Les fruits de mer

    Pauline

  • Les biscuits de Noël

    Thomas et Mélanie

  • La tarte au citron meringuée

    Evan

  • Le riz sauté, ananas et crevettes

    Ella

  • La bûche

    Gustave

  • Les huîtres

    Hippolyte

  • Le gâteau au chocolat

    Julie

  • Les escargots à l'ail

    Charles

  • Les pâtes à la carbonara

    Emilie

  • La bûche

    Hippolyte

  • La tarte au citron

    Frédéric

  • Les lasagnes de Mamie

    Fatou

  • Le pâté en croûte

    Françoise

  • Le saumon

    Faustine

  • La côte de boeuf-frites

    Arnaud